Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Joey's sharing place
  • Joey's sharing place
  • : Ce blog parlera de mes coups de coeur, qu'il s'agisse de télé, de ciné, de musique, etc..., et de mes lectures en général
  • Contact

Mes (nombreux) chouchoux

http://img.ozap.com/01579524-photo-le-cast-de-90210.jpg

90210

http://2.bp.blogspot.com/_BjhQ-9oIy74/S32c9HzW2mI/AAAAAAAADds/YqIrQ7NIyXI/s800/affiche-Beautiful-People-2005-1.jpg

Beautiful people

http://legendsrevealed.com/entertainment/wp-content/uploads/2009/04/beverly-hills-90210_l.jpg

Beverly Hills 90210

http://screencrave.com/wp-content/uploads/2009/01/blossom09-01-26.jpg

Blossom (Petite fleur)

http://www.lemag-vip.com/memo/body-of-proof-poster.jpg

Body of Proof

http://www.serieslive.com/img/series/casting/brothers_and_sisters.jpg

Brothers & Sisters

http://dailyrunneronline.com/wp-content/uploads/2010/03/Cosby-pic.jpg

Cosby Show

http://www.sonypictures.com/tv/shows/dawson/gallery/cast/assets/cast.jpg

Dawson's Creek (Dawson)

http://www.journaldesseries.com/public/Desperate%20Housewives/Desperate.jpg

Desperate Housewives

http://images.starpulse.com/Photos/Previews/Dharma-and-Greg-tv-02.jpg

Dharma & Greg

http://www.journaldesseries.com/public/Everwood/Everwood.jpg

Everwood

http://www.onehundredtearsaway.com/wp-content/uploads/2009/10/felicity_season1.jpg

Felicity

http://images.art.com/images/products/small/10053000/10053844.jpg

Friends

http://kloppertjie.files.wordpress.com/2008/06/full-house.jpg

Full House (La fête à la maison)

http://televixen.files.wordpress.com/2009/06/gilmoregirls.jpg

Gilmore Girls

http://season1.fr/images/gossip_girl2.jpg

Gossip Girl

http://1.bp.blogspot.com/-Ro1pkoZfLpM/TeFjJtH3DFI/AAAAAAAAAJ0/SKLp9H20wLM/s1600/Greys.jpg

Grey's Anatomy

http://www.notrecinema.net/aviscine/images/films/18000/18816_half_26_half_harlf_26_half___18415293half_&_halfmona.jpg

Half & Half

http://imagesentoutgenre.i.m.pic.centerblog.net/1jm5k41t.jpg

Heartbreak High (Hartley, coeurs à vif)

http://www.lemag-vip.com/memo/hart_of_dixie_poster_rachel_bilson.jpg

Hart of Dixie

http://dvdsaxxo.files.wordpress.com/2009/10/joan-of-arcadia.jpg

Joan of Arcadia (Le monde de Joan)

http://img.over-blog.com/456x600/1/10/54/32/UPDL-FAIT-SON-CINEMA/SERIES-TV/CHAMPIONNES-A-TOUT-PRIX.jpg

Make it or Break it (Championnes à Tout Prix)

http://www.onlyonetreehill.com/images/season1.jpg

One Tree Hill (Les frères Scott)

http://www.mainstreamclub.org/wp-content/uploads/2010/09/CEST-LA-REPRISE-Parenthood-saison-2-parents-mais-un-peu-quand-m%C3%AAme-2.jpg

Parenthood

http://savemybrain.net/v2/wp-content/uploads/2009/10/private-practice-l-1.jpeg

Private Practice

http://www.lafilledurock.com/wp-content/uploads/rizzoli-and-isles-poster.jpg

Rizzoli & Isles

http://www.rtsr.ch/rtsr/upload/Image/dossiers/series/SexCity_The%20Cast1.gif

Sex & the city

http://28.media.tumblr.com/tumblr_l6wy9e1xrD1qcquuyo1_400.jpg

Step by Step (Notre belle famille)

http://2.bp.blogspot.com/_1Ph6cIev9gw/SfXRltIIFvI/AAAAAAAAHEY/gvch7OTs2os/s400/bigbang.jpg

The Big Bang Theory

http://www.reelfilm.com/images/tvgold.jpg

The Golden Girls (Les Craquantes)

bigtheoc2ay1

The O.C.

http://www.peeperstv.com/pictures/340627/joycedewittthreescompany.jpg

Three's Company

http://30.media.tumblr.com/BXcnuRrK0nca5mwqoiGmKLeCo1_400.jpg

Two of a kind (Les jumelles s'en mêlent)

http://televixen.files.wordpress.com/2009/02/wtb.jpg

Who's the boss? (Madame est servie)

http://image.toutlecine.com/photos/w/i/l/will-et-grace-serie-tv-07-g.jpg

Will & Grace

Rechercher

Lectures en cours

http://www.livraddict.com/biblio/couverture/mincouv75456545.jpg  

16 Lighthouse Road, de Debbie Macomber

Commencé le : 17/04/2012

Evolution de ma lecture : page 48/376

 

 

Sabrina, the teenage witch, #1, de David Cody Weiss et Bobbi JG Weiss

Commencé le : 05/10/2010

Evolution de ma lecture : page 42/150  

 

 

Ma vie est tout à fait fascinante, de Pénélope Bagieu

Commencé et fini le : 27/08/2010. Billet à venir (attente retour car je l'ai prêté)

Billets à venir

"Intouchables", film de Eric Toledano et Olivier Nakache, de 2011

Noel 2011

"Esprit de famille', de Thomas Bezucha , de 2005

18 juin 2011 6 18 /06 /juin /2011 17:45

http://storage.canalblog.com/58/72/398363/22831963_p.jpg

Commencé le : 04/06/2011

Terminé le : 17/06/2011

453 pages

Titre original : The Luxe (tome 1)

 

Résumé de l'éditeur :

Des filles rebelles dans des robes sublimes font la fête jusqu'à l'aube.
Des garçons irrésistibles aux sourires machiavéliques ont des intentions suspectes. Mensonges, secrets et scandales. Nous sommes à Manhattan... en 1899.

 

J'ai acheté ce livre en été 2010, très attirée par la couverture, par le résumé et par les billets positifs que j'avais lus. Comme d'habitude en somme. Un petit plus toutefois : ce livre a beaucoup été comparé à Gossip Girl. J'espérais donc qu'il me plaise. Pour cela, il fallait bien sûr qu'il ressemble plus à la série Gossip Girl qu'aux livres...

De plus, l'idée d'une histoire de ce genre se déroulant au XIXème siècle permettait d'associer mon intérêt pour la littérature ado à celui pour les histoires se déroulant à cette époque.

 

Comme il traînait toujours dans ma PAL malgré mon envie de le lire, j'ai bondi sur la lecture commune organisée par blueverbena sur Livraddict.

Aujourd'hui est donc le jour de publication de tous nos billets (rendez-vous sur le lien ci-dessus vers le forum pour avoir accès à tous les billets) et cela tombe bien car j'ai fini le livre hier !

 

J'ai beaucoup aimé ce livre, du fait surtout de la comparaison qui avait été faite avec Gossip Girl et que j'ai trouvée, sur certains points, assez légitime. Des jeunes filles et des jeunes hommes riches. Certaines qui manigancent pour avoir ce qu'elles veulent (Penelope Hayes qui s'apparenterait ici à Blair Waldorf), de jeunes demoiselles qui tentent de sortir du lot (Diana Holland pourrait être notre Jenny Humphrey pour ce côté-là) et un jeune homme riche et volage dans le corps de Henry Schoonmaker qui pourrait être Chuck Bass... en moins cruel !

 

Dans ce premier tome, nous apprenons que la famille Holland s'est récemment endeuillée du père et l'histoire s'ouvre sur les funérailles de l'aînée des Holland, Elizabeth. Puis, on bascule quelque peu dans le passé afin de comprendre comment tout ceci est arrivé. C'est alors que l'on suit Elizabeth, prête à tout pour adopter les bonnes manières dues à son rang, rang qu'elle pourrait bien perdre, sauf si elle épouse LE bon parti... mais qu'en est-il de ses propres sentiments ?

 

J'ai mis peu de temps à lire ce livre, en comparaison avec d'autres. Il est vrai que j'aurais pu être plus rapide, sachant que certain(e)s sont capables de lire des livres d'une traite mais bon, je dirai simplement que le premier jour où je l'ai entamé, j'ai lu 125 pages, ce qui est chez moi une preuve de l'intérêt que je lui portais et de ma curiosité. D'ailleurs, les chapitres étant assez courts, je me suis souvent vue en lire ne serait-ce qu'un ou deux avant de dormir, rien que pour savoir comment évoluait l'histoire !

 

J'ai une petite préférence pour Diana, même si j'ai cru au début qu'elle allait être insupportable et très imbue d'elle-même. Mais l'auteur a su en faire un joli personnage, sincère.

 

Ce n'est pas un coup de coeur et je m'attendais peut-être à encore davantage de rebondissements mais je dois dire que ce coup de coeur n'est pas loin et j'espère apprécier tout autant le reste de la série, que je n'ai pas encore en ma possession... Mais je ne manque pas de lectures en attendant !

 

La phrase que j'en retiens et qui est très adaptée au livre :

"Les plus beaux visages cachent souvent les pires traîtres." (page 138)

Repost 0
Published by joey7lindley09 - dans Lectures communes
commenter cet article
2 mai 2011 1 02 /05 /mai /2011 18:41

http://www.decitre.fr/gi/40/9782092527740FS.gif

Commencé le : 17/04/2011 (environ)

Terminé le : 02/05/2011

369 pages

Titre original : The Extraordinary Secrets of April, May & June

 

Résumé de l'éditeur :

C'est arrivé le lendemain de la rentrée.
Alors que la journée s'annonce tout à fait ordinaire, April découvre qu'elle peut prédire l'avenir. Le même jour, sa soeur May connaît un soudain accès d'invisibilité, qui semble se déclencher à la moindre émotion. Et enfin, June, leur benjamine, parvient à lire dans les pensées de tous ceux qui l'entourent ! Génial, non ? Eh bien non. Prévoir les catastrophes sans pouvoir les éviter, draguer un mec avec un corps qui disparaît à moitié et connaître les pensées pas toujours reluisantes de ses copines, voilà qui vous décourage d'avoir des superpouvoirs ! Et si le véritable pouvoir de ces trois soeurs-là était le lien qui les unit ?

 

Voilà un titre que j'avais eu envie de lire dès sa sortie, grâce à la quatrième de couverture qui me plaisait et aux avis positifs que j'avais pu voir. Mais voilà, 14,90 € et de plus en plus d'avis négatifs (ou tout du moins pas emballés) qui fleurissaient faisaient que j'étais tiraillée entre cette envie et l'hésitation (rien à voir avec des vampires, ici)...

 

Pourtant, l'envie demeurait et l'envie aussi de savoir si, pour une fois, cette attirance allait finir en réjouissances ou, comme souvent, en déception. C'est alors qu'une âme très charitable et très gentille (même sans ça) avec qui j'avais pris l'habitude de discuter sur Facebook m'a gentiment proposé de me le prêter! Trop cool!

 

Bon, je dois préciser qu'entre ma vitesse de tortue pour lire, un manque de motivation qui se présente à moi de temps en temps et un emploi du temps (lectures et autres) assez chargé, j'ai quand même mis plus de deux mois à m'y mettre. Sauf que Mademoiselle ma copine est aussi patiente et me l'a gentiment laissé jusque-là. Je ne dirai qu'une chose (non, je mens là) : je ne regrette pas!

 

Je viens de le terminer et je suis ravie de cette lecture. J'étais attirée par ce livre pour plusieurs raisons :

- j'aime les romans ados, c'est comme ça

- j'aime les petites histoires de pouvoirs de ce style. C'était un teen chick-lit book avec une histoire façon "Charmed"

- j'ai un truc avec les histoires de soeurs. Je ne sais pas pourquoi, j'aime bien ça^^

 

Je n'ai été déçue sur aucun des points :

- c'est un roman ados et malgré tout je ne l'ai pas trouvé trop neu-neu. J'ai juste trouvé que la mention répétée de certaines choses, particulièrement le rappel de l'identité de Avery, n'était pas nécessaire. Mais bon, après, on peut mettre ça sur le fait que chaque chapitre est écrit du point de vue d'une des soeurs donc elles nous le redisent à chaque fois (admettons)

- j'ai eu mon histoire façon "Charmed" pour le côté fraternel. Je ne m'attendais pas à des monstres dans cette histoire, hein! On joue plus dans la découverte des pouvoirs des soeurs et dans leurs émotions. D'ailleurs, April le signale au chapitre 7 : "On est comme... les soeurs Halliwell!" (page 89)

- comme mentionné ci-dessus, les histoires de soeurs, voilà... Mais bon sang, ce livre m'a tiré des larmes! Un tas de larmes, surtout vers la fin et lorsque les filles mentionnent le divorce de leurs parents. Je me suis dis que j'étais peut-être la seule à avoir pleuré en lisant ce livre décrit comme léger! Bref, passons, comme dirait Richard Fish ("Ally Mc Beal", vous connaissez?^^)

 

J'ai parfois ri aussi en le lisant. Certaines répliques mordantes de May (là encore, pas de vampires. Décidément!) m'ont fait rire, notamment. Parfois, j'aimerais avoir son aplomb mais j'ai passé l'âge de raison qui me rappelle aussi qu'on ne peut pas toujours dire tout ce qu'on pense^^

 

J'ai aimé aussi les références à la culture américaine (Oprah, "Project Runway" etc - j'ai un truc avce ça aussi) et j'ai souri, tout au début, en lisant que les filles avaient emménagé dans La Vallée, le titre de la série dont était fan Summer Roberts dans "Newport Beach". Rien d'étonnant quand on sait que "Newport Beach" s'appelait en réalité "The O.C." pour Orange County, d'où est originaire l'auteure, Robin Benway... J'aurais au moins appris où est La Vallée!

 

Deux petites choses m'ont dérangée : quelques petites coquilles mais surtout, je devais toujours me remémorer mentalement qui de May ou de June avait le pouvoir de la télépathie et celui de lire dans les pensées car je les trouvais parfois très proches, très liés.

 

Quelques petites phrases que j'ai aimées?


"-Pourquoi les parents croient-ils toujours que l'école, c'est super? ai-je demandé. Ou q'il s'y passe des trucs délirants tous les jours?

-Parce qu'on aime bien idéaliser notre jeunesse perdue, a dit papa." (page 114)

 

"J'ai toujours détesté l'école. Déjà au CP, je demandais : "On doit rester toute la journée? Tosu les jours? Pendant douze ans? Dites-moi que c'est une blague!?"" (page 153)

 

Et pour terminer, les traditionnelles couvertures étrangères :

http://ecx.images-amazon.com/images/I/51pkLyHcNaL._SL500_AA300_.jpg

Hardcover

 

http://ecx.images-amazon.com/images/I/51J3Guk7UNL._SL500_AA300_.jpg

Paperback

 

Ce livre a fait l'objet d'une lecture commune avec MyaRosa, initialement pour fin avril.  MyaRosa, elle, a bien respecté le contrat. De plus, je suis contente car je viens de lire son avis et, malgré ses réticiences, elle a bien aimé aussi;)

Comme elle, j'ai aussi trouvé que l'origine familiale des pouvoirs des soeurs auraient mérité d'être plus développé. Ah, et j'oubliais, j'ai beaucoup aimé Julian aussi!^^ Enfin, je me demande ce qu'est devenue Avery!

 

 


Repost 0
Published by joey7lindley09 - dans Lectures communes
commenter cet article
27 mars 2011 7 27 /03 /mars /2011 16:18

http://www.franceloisirs.com/assets/ctx/franceloisirsV4-1/display/000/071/460/714609.jpg

Commencé le : 08/03/2011

Terminé le : 21/03/2011

453 pages

Titre original : Shopaholic and baby

 

Résumé de l'éditeur :

Becky est aux anges ! Dans quelques mois, elle donnera naissance au plus adorable, au plus magnifique, au plus looké des bébés.
D'ici là, elle s'évertue à mettre en pratique sa toute nouvelle théorie : le shopping soignerait les nausées matinales.
Tout irait pour le mieux dans le meilleur des mondes si notre accro ne s'était pas mise en tête d'être suivie par l'accoucheuse des stars, la sublime Venetia Carter... qui n'est autre que l'ex-petite amie de son mari, Luke !

 

Première chose, je présente mes excuses à Cacahuète et à Mimipouss qui s'étaient engagées comme moi à lire ce livre afin de publier un billet le 15/03/2011, sauf qu'elles s'y sont tenues et pas moi. Vous pouvez lire leurs avis respectivement ici et ici.

 

Deuxième chose, je m'aperçois en récupérant le résumé de l'éditeur comme je le fais à chaque fois que Belfond (l'éditeur français d'origine) en disait beaucoup plus que Piment (les éditions France Loisirs) En effet, en lisant la 4ème de couverture version Piment, je me suis dit "OK, je vais le lire mais son histoire de gynéco/accoucheuse des stars me semble déjà abracadabrante, exagérée et inutile..." Si j'avais lu la version Belfond, je ne serais peut-être pas partie avec cet a priori ou du moins pas si fort. Toutefois, cela m'a permis d'avoir une bonne surprise : non, cette histoire de gynéco des stars n'aura pas été qu'une futilité de plus, qu'un trait du roman prouvant encore une fois la superficialité de Becky.

 

Je me dis en fin de compte qu'au moment de lire ce résumé, j'ai dû trop m'arrêter sur ce passage, sans lire la dernière phrase. Dernière phrase qui aura pourtant ô combien d'importance dans le récit puisque tout est petit à petit centré sur ce fait : Venetia est l'ex de Luke et elle veut le récupérer Sauf que comme souvent dans ces cas-là, seul le principal intéressé ne s'en aperçoit pas.

 

C'est alors le monde de Becky qui s'écroule à l'idée que son bien-aimé puisse l'abandonner, enceinte jusqu'aux yeux et avec 3 ou 5 landaux, je ne sais plus! Ce tome s'intéresse aussi davantage encore à la carrière de Luke qui cache quelque chose à sa femme pour ne pas lui faire peur... Mais notre Becky la battante est de retour et n'a toujours pas l'intention de se laisser marcher sur les pieds, surtout pas si elle porte des escarpins hors de prix, même enceinte!

 

Comme toujours graviteront autour d'elles sa meilleure amie Suze mais aussi ses parents et Jess, sa demie-soeur dont on a fait la connaissance dans le tome précédent (mon avis ici)


Alors c'est vrai, Becky m'a encore agacée mais peut-être un peu moins que dans les tomes précédents. Et puis, comme on se le dit à chque nouvelle lecture commune de ses aventures avec Cachuète, elle est agaçante mais, on ne sait pas pourquoi, on veut toujours lire les suivants! Quant à moi, cette fois, je sais pourquoi je veux lire le suivant. Parce que le suivant s'appelle Mini-shopaholic et que c'est tout un programme!

 

Retrouvez mon avis sur les tomes 2, 3 et 4.

 

La couverture française version Pocket pour ce tome :

http://pochetroc.fr/images/sophie-kinsella/accro-du-shopping-attend-un-bebe/2266191365/XY240.jpg

 

Couverture d'origine et étrangères :

 

http://www.trashionista.com/images/shopaholic_1.jpg

 

http://theideagirlsays.files.wordpress.com/2009/09/shopaholic-baby-sophie-kinsella.jpg

 

http://www.decitre.fr/gi/10/9788498381610FS.gif

en espagnol

 

http://multimedia.fnac.it/multimedia/IT/images_produits/IT/ZoomPE/0/2/3/9788804588320.jpg?200910052010

en italien

 

Et pour Mini-shopahoclic, en attendant une sortie française...

http://www.trashionista.com/Mini%20Shopaholic.png

couverture d'origine

 

http://sumthinblue.com/wp-content/uploads/2010/09/minishopaholic.jpg

couverture US

 

J'allais oublier :

chicklitchallenge

Livre N°2

Repost 0
Published by joey7lindley09 - dans Lectures communes
commenter cet article
30 octobre 2010 6 30 /10 /octobre /2010 13:23

http://www.decitre.fr/gi/19/9782266170819FS.gif

 

Commencé le : 17/10/2010

Terminé le : 24/10/2010

391 pages

Titre original : Shopaholic and sister

 

Résumé de l'éditeur :

Après une lune de miel à rallonge, Becky rentre à Londres et retrouve son train-train de citadine avec un goût amer : sa meilleure amie l'a remplacée par une fille se rapprochant plus du cheval que de l'idéal féminin, son jouet préféré – sa Carte Bleue – est bloqué, son mari est débordé. Mais le meilleur reste à venir : ses parents lui apprennent qu'elle a une soeur née des amours prénuptiales de son père ! Un nouvel horizon se dessine pour Becky : vivement la folle aventure familiale faite de séances intensives de shopping et de soirées pyjamas. Car elle n'imagine pas un seul instant que Jess soit tout sauf son double...
Loin de renoncer malgré leurs différences, Becky va prouver une fois de plus qu'elle a plus d'un tour dans ses sacs !

 

Et de quatre! Quatre tomes que Rebecca "Becky" Brandon ex Bloomwood (reprise de souffle!) nous agace et nous réjouit avec ses aventures!

J'étais impatiente de lire ce tome car je me réjouissais d'avance de voir les différences entre Becky et sa soeur Jess. Je me réjouissais de lire leurs aventures, la façon dont ces différences allaient être mises en avant et comment ces deux soeurs allaient faire pour s'entendre... ou pas!

 

Je dois dire que j'ai trouvé un point commun à ces soeurs... chacune dans leur genre, elles peuvent m'agacer! :)

Bien sûr, Becky remportera toujours la palme mais, quand même : j'apprécie les trucs et astuces de Jess pour faire des économies. Ils contrastent parfaitement avec les manies de serial shoppeuse de Bex. Mais parfois, c'est un peu poussé également. Elles sont toutes les deux dans la démesure!

 

Dans ce tome, Luke est plus que jamais à fond dans son job, puisqu'il travaille d'arrache-pied sur un gros contrat avec un nouveau client. De fait, certaines abérrations commises par sa femme lui passent au-dessus de la tête... pour mieux lui revenir en pleine figure, comme un boomerang!

Si Bex aurait pu paraître assagie au début du roman, lors de leur lune de miel, on s'aperçoit très vite qu'il n'en est rien et que sa "shoppite" aigüe (je sais, je sais, la force du néologisme, c'est d'aller toujours plus loin!) ne fait en fait qu'empirer!

C'est ainsi que nos amoureux se retrouvent de retour chez eux comme dans un vrai magasin de meubles et de souvenirs divers ramenés des quatre coins de Monde par Madame! Enfin, ramenés, devrais-je plutôt dire : expédiés!

C'est décidé, Bex doit donc se restreindre et respecter un budget si nos héros ne veulent pas subir une banqueroute.

Mais, on ne change pas ainsi la demoiselle et lorsqu'elle apprend qu'elle a une soeur, ses envies d'acheteuse compulsive pensent trouver une alliée...

Bien sûr, comme vous l'aurez compris, c'est totalement le contraire! Aussi, après avoir essayé par tous les moyens de façonner Jess comme la soeur dont elle aurait rêvé, Bex se dit qu'après tout, c'est peut-être à elle de suivre son exemple...

Ce tome met aussi en avant unenouvelle situation relationnelle pour Becky puisque, pendant ses dix mois d'absence, Suze s'est fait une nouvelle amie... que Bex déteste! Ensemble, elles partagent leur expérience de la maternité et leurs loisirs... ce qui attriste véritablement Becky. J'en ai eu les larmes aux yeux en lisant certains passages où elle se sent abandonnée.

Enfin, c'est l'occasion de faire la connaissance de nouveaux personnages, grâce à l'entourage proche de Jess. Des gens simples, engagés et bien éloignés du monde des caisses enregistreuses... quoique!

 

Au final, un tome où l'agacement se mêle toujours autant à la curiosité et à l'attachement. A nouveau pour moi un bon point pour Suze. Je sais qu'elle serait sûrement ennuyeuse en tant que personnage principal mais, en tant que personnage secondaire, je l'adore!

Ah, et toutes mes félicitations à Luke pour supporter aussi bien Becky. Dans la réalité, il n'aurait jamais épousé une telle folle!

 

La dernière page du livre annonce bien sûr le prochain titre à venir : L'accro du shopping attend un bébé, qui sera suivi de Mini shopaholic!

 

Petites remarques :

- en lisant ce tome, je me suis parfois demandée de quelle année il datait! En effet, on parle de "pellicules de photos" en page 24 et de "cassettes" à la page 31. Je suis la première à dire que tout le monde ne peut pas être à la pointe de la technologie et que c'est une question de moyens mais vous n'allez pas me dire qu'avec la quantité d'objets et autres vêtements inutiles que Becky possède, elle n'a pas un appareil photo numérique quand même!

- en pages 244 et 245, nous avons le droit à uen conversation des plus étranges et inutiles entre les parents Bloomwood au sujet de Kylie Minogue et de Cher, en soeurs éventuelles pour Becky. C'est à ce moment là, après 3 tomes complets, que je me suis dit "là, tu te dis qu'il ne faut pas chercher d'où Becky tient ses bizarreries!" J'ai trouvé cela assez surprenant cependant parce que, jusque-là, les parents de Becky avaient l'air tout à fait normaux!

 

J'ai lu ce livre dans le cadre d'une lecture commune avec Cacahuète (on ne change pas une équipe qui gagne!)

Elle l'a bien apprécié aussi :) N'hésitez pas à aller lire son avis!

 

Mon avis sur le premier tome n'est pas en ligne car je n'avais pas de blog quand je l'ai lu

Mon avis sur L'accro du shopping à Manhattan 

Mon avis sur L'accro du shopping dit oui


Les tomes suivants  :

 

 

http://www.decitre.fr/gi/64/9782266191364FS.gif

 

http://www.sophiekinsella.co.uk/thumbnailgenerator.ashx?id=8427&width=750&height=2000&method=Limit&background=FFFFFF&corners=0&cornerradius=0&type=Png&quality=100&h=AEE0C48A6F2520691F21369F6D2E62&units=Pixel




Repost 0
Published by joey7lindley09 - dans Lectures communes
commenter cet article
1 juillet 2010 4 01 /07 /juillet /2010 21:02

http://www.decitre.fr/gi/51/9782290012451FS.gif

Commencé le : 23/06/2010 (?)

Terminé le : 01/07/2010


Résumé de l'éditeur :

Roman Édimbourg, 1874 : le jour le plus froid du monde. Lorsque Jack naît, son coeur gelé se brise immédiatement. La sage-femme le remplace par une horloge et le sauve. Depuis lors, il doit prendre soin d'en remonter chaque matin le mécanisme. Mais gare aux passions ! Le regard de braise d'une petite chanteuse andalouse va mettre le coeur de Jack à rude épreuve...


Tout d'abord, je m'excuse pour le retard car mon billet aurait dû être publié hier, dans le cadre de la lecture commune proposée par Wilhelmina sur Livraddict, mais je n'avais pas fini le livre alors...


Je viens à peine de le finir et je suis déçue. Je n'ai pas été emportée plus que ça par le tic-tac du coeur de Little Jack et je suis déçue par l'histoire. Mathias Malzieu entame un conte prometteur qui, à mon goût, s'effrite. Je n'aime pas la fin, je n'aime pas le fait que le mythe créé par l'auteur (cette idée d'horloge en guise de coeur) soit détruit par lui-même en fin de récit.


Je ne me suis pas attachée non plus à la petite chanteuse et je n'ai pas aimé que, d'un coup, Monsieur Méliès, qui avait tant pris soin de Jack, ait disparu. Il l'a certes laissé aux bons soins d'une infirmière mais malgré tout, pour moi, il l'a abandonné. Bien sûr, il est normal qu'il ait décidé d'aller faire sa vie mais rien n'était normal dans le livre alors je ne m'y attendais pas.

Bien sûr aussi ce livre était décrit au dos comme "un conte merveilleux et cruel". j'aurais dû m'arrêter davantage sur le mot "cruel" mais le thème et le principe (l'album éponyme de Dyonisos devait servir de bande-son au livre) avaient piqué ma curiosité. Je ne suis pourtant pas fan du groupe de Malzieu et j'avais entendu dire par des amateurs que l'album était "nul". Peut-être ceci aurait-il dû me mettre la puce à l'oreille. Mais j'avais envie de juger les choses par moi-même. Je n'ai toujours pas écouté l'album mais j'ai fait le choix de découvrir ce roman malgré tout.

Que l'on s'entende bien : il est loin d'être nul! Je suis juste déçue car j'en attendais sûrement plus et que je suis friande des Happy Ends, même si cela peut sembler naïf. Et puis Jack a grandi dans le mensonge et je crois que c'est ça qui me gêne beaucoup. Après tout, nous aussi avons été bernés dans l'histoire. On y croit, on s'attache à Jack tel qu'il est, à sa vie telle qu'elle est et qu'il n'avait pas le choix de vivre autrement, pour finalement apprendre que tout aurait pu être différent. Alors certes on peut arguer que s'il n'avait pas cru à cette histoire de sa vie, jamais il n'aurait  vécu cet amour avec la petite chanteuse mais, en contrepartie, j'aimerais dire que c'est ce mensonge qu'on lui a fait croire qui a ruiné cette relation et c'est cela qui m'attriste. En y repensant, je me dis que si j'écris ça, c'est que je me suis quand même attachée à l'histoire... mais j'en attendais autre chose, voilà tout!


Une dernière chose : j'ai beaucoup de difficultés avec le langage imagé. Sans doute parce que je lis souvent en étant pressée par le temps et qu'il me faiut être très concentrée pour assimiler ces images. Je ne peux pas nier qu'il y en a de jolies, que le champ lexical du feu, notamment, est très bien exploité mais certaines étaient un peu "trop" pour moi. Mais cela n'engage que moi... C'est peut-être mon côté non littéraire qui ressort ici! De même que les expressions familières sont venues me surprendre dans ma lecture et que cela m'a paru un peu inapropprié la plupart du temps.


Un avis en demi-teinte donc...


Retrouvez les avis de : Azariel87, Lyra Sullyvan, Pikachu, djak, Frankie, L'Ogresse, naki2164, Bulle, Wilhelmina, Choukette, gerry29 et Setsuka, qui ont, contrairement à moi, su se conformer au planning de cette lecture commune.

 

logo-coups-de-coeur

 

Ce livre s'inscrivait également dans les titres que j'avais choisis de lire pour le challenge Les coups de coeur de la blogosphère. Il s'agissait du coup de coeur de Lael.

Repost 0
Published by joey7lindley09 - dans Lectures communes
commenter cet article
30 mai 2010 7 30 /05 /mai /2010 23:02

http://pedagogie2.ac-reunion.fr/col-j.solesse/ouestu.jpg

Commencé et terminé en mai (je n'ai pas gardé les dates...)


Résumé de l'éditeur :

Adolescents, Susan et Philip représentaient tout l'un pour l'autre. Avec l'optimisme de la jeunesse, ils s'étaient promis de s'aimer pour toujours. Susanne affrontera la violence des ouragans en Amérique centrale tandis que Philip réussira à Manhattan. À l'exception de quelques rencontres furtives à l'aéroport de Newark, ils ne sauront de leurs vies réciproques que ce que disent les lettres qu'ils vont s'écrire pendant des années. Sans que jamais ne se brise le lien qui les unit. Philip avait promis à Susanne qu'il serait toujours là s'il lui arrivait quelque chose. Il ne pouvait pas savoir que cette promesse allait profondément bouleverser sa vie, et que pour l'honorer, il devrait ouvrir son cœur à l'inconnu.


Après avoir eu le coup de foudre pour Et si c'était vrai il y a quatre ans, j'avais acheté, au fil des années, à peu près tous les livres de cet auteur. Il faut dire que ça se fêtait, c'était l'un des premiers livres d'adulte qui me séduisait et que je lisais vraiment jusqu'au bout. En plus, c'était à l'époque l'un des rares que j'aie lus avant d'en voir l'adaptation cinématographique. Je n'avais pas pour autant lu tous ces livres. Après Et si c'était vrai, sa suite Vous revoir et 7 jours pour une éternité, j'ai profité d'une lecture commune organisée sur Livraddict pour me lancer dans Où es-tu?


Après la description de la naissance d'un ouragan, le livre nous présente les autres protagonistes, Susan et Philip, qui semblent se connaître depuis toujours et s'aimer mais sans être un couple pour autant. Ils ont pourtant toute la complicité et l'attirance nécessaires à cela. On apprend que Susan a perdu ses parents, ce qui la pousse à aller de l'avant, afin d'éviter de regretter des choses un jour et de finir sa vie trop tôt. Du moins, elle pense aller de l'avant, en intégrant le Peace Corps et en partant pour le Honduras afin de venir en aide aux victimes des ouragans. Mais voilà, pour cela, elle doit laisser Philip derrière elle et ne le revoir qu'une fois par an... ce que ce dernier a du mal à accepter.


Personnellement, j'ai trouvé le personnage de Susan agaçant. On sent qu'elle aime Philip et que c'est plus que réciproque mais elle n'en fait qu'à sa tête et part quand même. Le fait de vouloir venir en aide aux populations démunies n'est bien sûr pas ce qui m'a agacée mais je l'ai trouvée égoïste et lunatique. Elle s'attend à ce que Philip l'attende, tout en disant l'inverse mais elle ne prête pas pour autant plus attention que cela à ses désirs et à ses suppliques pour qu'elle revienne. Le pauvre Philip se retrouve prisonnier de cet amour, à attendre son retour. Heureusement, il finit par faire sa vie de son côté mais on sent que Susan sera toujours présente quelque part dans sa tête, qu'il se posera toujours des questions. Je me suis d'ailleurs demandé en lisant le livre s'ils avaient déjà formé un couple ou non. Je n'ai pas trouvé cela assez clair.


Le livre est construit à la fois de façon épistolaire et narrative. On alterne entre les deux grâce aux lettres que les héros s'envoient de mois en mois, ce qui nous permet aussi de suivre leur évolution propre. J'ai aimé ce procédé. De plus, le genre épistolaire se lit vite, ce qui permet d'en apprendre davantage sur l'histoire sans se lasser.


En outre, je ne sais pas dans quelle mesure Marc Lévy s'est documenté sur les ouragans (ou s'y connaît) mais ce livre semble aussi d'"actualité". Il y est retracé l'impact de plusieurs ouragans et Monsieur Lévy y fait mention de quelques autres événements d'importance dans le monde depuis les années 70, date à laquelle commencent les échanges des personnages principaux.


J'ai préféré suivre la vie de Philip plutôt que celle de Susan, bien que celle-ci ait des côtés intéressants mais celle de Philip était plus classique : travail, mariage, enfants, plus terre à terre et moins "égarée", ce qui me correspondait davantage.


J'ai aimé particulièrement suivre l'arrivée de Lisa et l'évolution de sa relation avec Mary (pas d'autres révélations pour ne pas gâcher votre plaisir/surprise, si vous ne l'avez pas lu)


Page 285, je me suis dit "Ce n'est pas possible, il se fout de ses lecteurs!" Pourquoi? Une impression de déjà vu s'est emparée de moi avant que je ne reprenne mes esprits, retourne quelques pages en arrière (à la 227 exactement) et ne découvre presque mot pour mot le même texte... Mais voilà, c'était pour servir l'histoire, mettre en relief l'évolution importante qui avait eu lieu entre ces deux passages.


Sauf que Monsieur Lévy remit le couvert page 296, avec un passage lu en page 16 mais qui concernait une autre personne. Je pense qu'un artifice de cette sorte aurait suffit pour tout le livre mais bon, une fois qu'on a compris le truc... on s'y fait!


Quelques passages qui m'ont particulièrement plu :

 

"Je me forçais à me concentrer sur son visage et à ne pas regarder la zone amuptée. Pourquoi privilégier ce qui n'existe plus au détriment de tout ce qui est là? Pourquoi donner plus d'importance à ce qui ne va pas au lieu d'aimer tout ce qui va?" (page 55)


"- Tu sais ce que disait notre Président? Il y a ceux qui voient les choses telles qu'elles sont et qui se demandent pourquoi. Moi je les vois telles qu'elles pourraient être et je me dis pourquoi pas!" (page 86)


"Certaines blessures de l'enfance ne cicatrisent pas, elles se font oublier, le temps de nous laisser grandir, pour mieux ressurgir plus tard." (page 205)


" - Tu as voulu me quitter?

- J'y pense chaque matin en me levant, aux premières heures de nos journées, en te voyant avaler ton café dans les silences de tes refuges, en te regardant quand tu t'habilles de solitude, quand tu te laves du parfum de ma peau sous l'eau qui coule trop longtemps, quand je te sais si loin de nous sous ta douche, quand tu te précipites vers le téléphone qui sonne, comme si tu venais d'y entrevoir une fenêtre par où t'évader un peu plus encore. Et moi je reste là, les bras lourds d'un océan de bonheur où je rêvais de nous baigner." (page 216)

"On n'invente pas sa vie mon amour, il faut le seul courage de la vivre." (page 217)


Et puis la déclaration aux pages 291-292 mais je n'en dirai pas plus sinon, autant vous raconter la fin! Fin que justement j'ai apprécié. A la letcure, je l'ai trouvée un peu plate et puis, quelques secondes après, je me suis dit que cette phrase suffisait. Au final, c'était un livre intéressant mais pas passionnant. Je ne suis pas d'accord avec tout ce que l'auteur y a fait mais, au moins, ça ne se finissait pas forcément comme on aurait pu s'y attendre. Une bonne lecture mais loin derrière Et si c'était vrai (qu'il faudrait que je relise pour voir si je l'aime toujours autant) Cependant, elel m'a moins déçue que 7 jours pour une éternité.


Bonus : les plus perspicaces et/ou les plus fans d'entre vous auront remarqué l'illustration de couverture signée Mylène Farmer...


Lu dans le cadre d'une lecture commune avec : Zatoun, Setsuka, Hérisson08, Kel-Ly et Lagrandestef (désolée pour le retard mais j'ai commmencé à taper ce billet le 30/05. Ca compte donc?^^)

Repost 0
Published by joey7lindley09 - dans Lectures communes
commenter cet article
30 avril 2010 5 30 /04 /avril /2010 21:59

 

Commencé le : 18/04/2010

Terminé le : 30/04/2010


Résumé de l'éditeur :

Tokyo, début des années 1940.
Tetsuko, alias " Totto-chan ", mène la vie dure à son institutrice qui finit par la renvoyer. Ses parents l'inscrivent alors à Tomoe, petite école éprise de liberté où de vieux wagons font office de salles de classe. Là-bas, l'expérience de la vie est aussi importante que les leçons. Et grâce à un directeur atypique, Totto-chan réapprend à respecter les autres et à s'estimer elle-même. Elle prend goût à l'étude, assume ses échecs et gagne en autonomie, écrit des haïkus et rêve de danser.
Elle comprend aussi ce que sont le racisme et l'intolérance, et découvre la guerre. En 1945,Tomoe est détruite par les bombardements. Cependant, en quelques années seulement, cette institution pas comme les autres aura déterminé la vie entière de Tetsuko, aujourd'hui vedette de la télévision japonaise.


Voilà un petit livre tout à fait charmant! Ca commence par la couverture, oeuvre de l'illustratrice Chihiro Iwasaki. C'est elle qui m'a attirée la première vers ce livre! Quelle adorable petite fille!

 

Source : http://www.chihiro.jp/global/en/img/photo_home_index.jpg

Source : http://i72.servimg.com/u/f72/11/82/45/54/ci210.jpg

 

De plus, cet achat correspond avec ma lecture de Itinéraire d'enfance mais j'ai, sans nulle doute, préféré celle-ci. Attention, je ne dis pas que la première n'était pas bien mais ce n'est pas le même genre. Pour la seconde, il s'agit en effet d'un livre frais, où Totto-Chan nous accompagne dans la découverte du Japon de son époque grâce à des anecdotes. Quand le livre débute, Totto-Chan est dans sa première école, celle dont elle se fait expulser. Puis, on la suit avec sa maman vers sa nouvelle école, Tomoe, et, une fois admise, chaque chapitre est une mini-histoire, une anecdote qui nous permet d'en découvrir un peu plus sur Totto-Chan mais surtout sur les méthodes d'éducation peu ordinaires mais très astucieuses et profitables de Monsieur Kobayashi, le directeur.


Cette histoire est tirée de la véritable histoire de Testuko Kuroyanagi, alias Totto-Chan, et c'est sa façon de rendre hommage à ce directeur hors pair qui a illuminé sa vie et fait d'elle, selon ses dires,  celle qu'elle est aujourd'hui. Elle nous montre que cet homme s'attachait à conserver les personnalités diverses de ses élèves en leur laissant davantage de libertés que dans les autres écoles. On y découvre ainsi que l'éducation stricte n'est pas toujours la meilleure et qu'un élève dit "cancre" peut, s'il est l'objet d'une meilleure attention, ne pas le rester longtemps.

 

Source : http://www.unicef.org/french/people/images/tetsuko_9889a.JPG


Ce livre est également sorti en France dans la collection Pocket Jeunesse (mon édition est celle de Pocket tout court) et je le comprends. C'est en effet un livre qui me paraît très approprié pour tous les âges et son écriture simple, parfois un peu répétitive car l'auteur y adopte la façon dont un enfant pourrait s'exprimer, mais toujours empreinte de fraîcheur fait penser à une lecture jeunesse, voire même pour enfants. Mais cela n'en fait pas pour autant un livre pour les enfants uniquement car il peut être intéressant pour des adultes de constater que l'éducation peut prendre mille formes et influer grandement sur le caractère et même la vie des enfants.


J'ajouterais que j'ai également beaucoup apperécié cette lecture car, ayant grandi avec des anime, certaines images telles que les cerisiers, la Fête des Sports ou les bento m'y ont replongée avec plaisir et, en plus, j'ai appris quelques nouvelles choses sur cette culture!


J'ai lu ce livre dan sle cadre d'une lecture commune. Vous pouvez donc en profiter pour aller voir, comme moi, ce qu'en ont pensé Choco, Ana76 et Djak! (au moment où je publie ce billet, seul celui de Djak est en ligne mais patience...)

 

challenge-ABC

N° 9/26 - Lettre K

Repost 0
Published by joey7lindley09 - dans Lectures communes
commenter cet article
15 avril 2010 4 15 /04 /avril /2010 19:53

 

Commencé le : 04/04/2010

Terminé le : 14/04/2010


Résumé de l'éditeur :

Lansquenet est un petit village au coeur de la France où la vie s'écoule, paisible et immuable.
L'arrivée d'une mystérieuse jeune femme, Vianne Rocher, et de sa fille, Anouk, va tout bouleverser. D'autant qu'elle s'avise d'ouvrir une confiserie juste en face de l'église, la veille du carême ! Dans sa boutique, Vianne propose d'irrésistibles sucreries. Et beaucoup succombent à son charme et à ses friandises... Car le chocolat de Vianne soigne les espoirs perdus et réveille des sentiments inattendus.
Tout cela n'est pas du goût du comte de Reynaud et du curé, convaincus tous deux que les douceurs de Vianne menacent l'ordre et la moralité... En tout cas, la guerre est déclarée. Deux camps vont s'affronter : les partisans des promesses célestes et ceux des délices terrestres.


Première chose : pourquoi ai-je acheté ce livre? Ma maman avait vu l'adaptation à la télévision et avait beaucoup apprécié. Puis, j'ai vu quelques avis positifs sur la blogosphère et, enfin, j'ai dû le payer 50 centimes sur une foire aux livres après ça donc il n'y avait vraiment pas de raison de se priver!

En lisant la quatrième de couverture, j'ai été intriguée. Le chocolat occupe (malheureusement) beaucoup de place dans ma vie, surtout en ce moment, et l'idée d'un "affrontement" entre les pro-Vianne et les personnes réfractaires me séduisait. Cela annonçait un roman rythmé mais qui en même temps se déroulait dans un petit village initialement paisible.

Ce livre est agréable à lire. J'y reviens encore mais les chapitres sont courts, on alterne la narration du point de vue de Vianne Rocher et du point de vue du curé. Ne cherchez par contre pas le comte de Reynaud, mentionné dans le résumé, il n'existe pas dans le livre! D'après ce que j'ai pu voir sur d'autres blogs, il apparaît dans le film.

Je me suis attachée aux personnages tels que Vianne, même si je les trouve, elle et son passé, un peu bizarres ; Guillaume Duplessis ; Armande Voizin ; Luc puis Joséphine... Ce roman offre toute une palette de personnalités hautes en couleur, de caractères dont certains qui ne sont pas prêts à se laisser dicter leurs faits et gestes par le curé, qui voudrait tout voir se dérouler selon ce que dit l'Eglise. Mais voilà, l'ouverture de La Céleste Praline, juste en face, va en dérouter plus d'un...

Tout au long du livre s'affrontent la gentillesse de Vianne envers tout un chacun et son rejet de la part du curé qui voit son installation comme un affront à l'Eglise et à lui-même et qui la considère comme hypocrite.


*** Quelques révélations ***

Cependant, le livre met aussi en avant la relation qui unit Vianne à sa fille Anouk et celle qui unissait et unit encore Vianne à sa maman décédée. Cette partie du roman et les références au curé Reynaud comme au mystérieux Homme Noir m'ont d'abord intriguée, me poussant à continuer pour en découvrir davantage, puis ennuyée. Pas au sens où mon intérêt s'est évanoui mais plutôt dans le sens où je me sentais un peu perdue... Je n'étais pas sûre de comprendre. Me voilà donc encore devant un roman dont quelque chose m'a échappé. Qui est cet Homme Noir? Une représentation de la Mort qui poursuit Vianne où qu'elle aille ou simplement un être mystérieux qui lui veut du Mal et qui existera quelle que soit l'endroit où elle se trouve, en une personne différente?

Mon intuition me dit qu'il représente la Mort mais je pense qu'il y a plus car le curé Reynaud semble en vouloir sincèrement à Vianne, sans pour autant savoir se l'expliquer... Il hésite même parfois...

De plus, Anouk est sans cesse appelée par Vianne sa "petite étrangère" (pages 145 et 150, entre autres), comme si ce n'était pas réellement son enfant, et elle a toujours peur de la perdre...

Je m'attendais aussi à ce que le Père que Reynaud visite chaque jour se réveille...

*** Fin des révélations ***


Alors voilà, j'ai apprécié ce livre jusqu'à arriver à la fin et me dire qu'encore une fois, je refermais un livre sans en avoir percé tous les mystères. J'ignore si le fait de n'avoir lu que peu jusque-là peut jouer ou si mon esprit n'est pas assez "ouvert". Toujours est-il que c'est une sensation assez désagréable que de rester sur sa fin ainsi.


Cependant, j'espère avoir l'occasion de voir le film maintenant, afin d'être en mesure de faire quelques comparaisons et, peut-être, d'éclairer ma lanterne. Qui sait...

 

Un joli extrait :

"Le vent de mars est un vent mauvais, disait toujours ma mère. Malgré tout, ce vent est vivifiant, il sent bon la sève, l'ozone, le sel de la mer lointaine. Un excellent mois, avec février qui s'esquive par la porte de derrière et le printemps qui piétine d'impatience à la porte de devant. Un excellent mois pour les changement." (page 168)

 

Ce livre faisait l'objet d'une lecture commune avec Lyra Sullyvan, dont vous pouvez lire l'avis ici. (c'est grâce à elle que j'ai su pour le comte Reynaud)

 

challenge-ABC

Livre n° 7/26 - Lettre H

Repost 0
Published by joey7lindley09 - dans Lectures communes
commenter cet article
1 avril 2010 4 01 /04 /avril /2010 07:00



Commencé : le 31/01/2010
Fini : le 12/02/2010

Ce livre m'a gentiment été prêté par Lasardine, de La Ronde des Post-it. Je manifestais en effet une certaine curiosité concernant cette oeuvre au sujet de laquelle fleurissaient les billets. Cela semblait être LE livre du moment et il est vrai que le thème m'intriguait, même si je craignais un peu trop de violence.

Résumé de l'éditeur :
Dans un futur sombre, sur les ruines des Etats-Unis, un jeu télévisé est créé pour contrôler le peuple par la terreur.
Douze garçons et douze filles tirés au sort participent à cette sinistre téléréalité, que tout le monde est forcé de regarder en direct. Une seule règle dans l'arène : survivre, à tout prix. Quand sa petite soeur est appelée pour participer aux Hunger Games, Katniss n'hésite pas une seconde. Elle prend sa place, consciente du danger. A seize ans, Katniss a déjà été confrontée plusieurs fois à la mort.
Chez elle, survivre est comme une seconde nature...


Katniss Everdeen est l'héroïne de ce roman. Elle vit dans le District Douze, témoin, avec les autres, des restes des Etats-Unis que nous connaissons avec, à leur tête, le Capitole.
Depuis que son père est mort dans un coup de grisou, Katniss subvient seule aux besoins de sa mère et de sa petite soeur, Prim, grâce à ses talents de chasseuse. Son ami de toujours, Gale, l'accompagne dans ses virées dans les bois et craint, comme elle, d'être un jour sélectionné pour participer aux terribles Hunger Games.

Jusqu'à cette Moisson où c'est Prim qui est sélectionnée, ce que Katniss ne peut laisser faire. Elle décide donc de s'y rendre à sa place.

Ce roman jeunesse nous plonge dans un futur étrange. Quand de nombreux récits basés sur l'avenir nous montrent une société de consommation pleine de nouvelles technologies improbables, celui-ci nous dresse un tableau plutôt morne. Une société de désolation car le Capitole a pris le pouvoir sur les habitants. Chaque district vit d'une activité particulière (le charbon pour le Douze) et plus le numéro de district est élevé, plus le district est pauvre. Katniss fait donc partie du plus pauvre d'entre eux. C'est assez étrange, je trouve, de voir qu'elle doit vivre de chasse, de pêche, de ventes sur La Plaque (le marché noir du District), des pratiques somme toute plutôt rudimentaires et anciennes. Au lieu d'une société ultra-civilisée, on nous présente une société presque archaïque, en opposition à celle des riches et touts-puissants membres du Capitole.

En commençant ce livre, comme je l'ai dit, je craignais une pure violence sans réel sens, tout en me disant que s'il avait passionné tant de lecteurs, il ne pouvait pas en être ainsi. C'est ainsi que j'ai découvert une jolie histoire, celle d'une adolescente prête à tout pour préserver sa famille. Une histoire d'amour également, dont je ne vous dirai rien de plus, pour éviter les révélations mais, bien sûr également, un jeu cruel. Comment se dire qu'une telle ignominie puisse exister? Dans chaque famille de chaque district, une fois par an, tous les enfants de 12 à 18 ans sont susceptibles d'être enrôlés dans cette épreuve qui ne laisse qu'un seul enfant vivant : un sur 24! C'est la manière que le Capitole a trouvé pour asseoir sa suprémacie, après que quelques habitants ont tenté de se rebeller. Et personne ne peut y échapper.

L'auteure est douée pour les cliffanghers. Chaque fin de chapitre vous donne vraiment envie de continuer. J'ai lu d'autres livres au chapitrage beaucoup plus découpé mais, pour autant, ces chapitres ne me paraissaient pas trop longs. J'ai mis quelques jours à le lire, c'est vrai mais c'était plus par manque de temps que par manque d'envie, il me faut l'avouer.

Cela dit, j'avoue ne pas comprendre. Un classement jeunesse, pour un livre pareil, comment est-ce possible? Quelques scènes sont assez dures même si ce n'est pas insupportable, sanguinolent tout du long ni très détaillé mais, malgré tout, je pense que ce livre peut choquer, de par le thème général, de par l'idée de ces "Jeux" de la faim. De nouvelles morts ne cessent d'avoir lieu au cours de l'histoire. Aucun "à partir de tel âge" sur la quatrième de couverture, aucun avertissement... Il est vrai que le thème en lui-même en est un mais je suis malgré tout surprise. Ce genre de jeu est-il censé être considéré comme une réalité possible? Doit-on le rendre si "banal"? Le fait que les héros soient des adolescents justifie-t-il ce classement?

Pour conclure, j'ai donc apprécié ce roman mais j'ai réservé mon avis jusqu'à la fin, craignant un carnage ou quelque chose qui me ferait changer d'avis. Je ne révèlerai pas cette "fin" (même si deux autres tomes sont attendus) mais il est vrai qu'elle donne envie de connaître la suite. L'éditeur a d'ailleurs pensé à intégré le premier chapitre du deuxième tome, en guise d'avant-goût. J'ai en revanche trouvé que les fins de chapitres à l'intérieur du livre étaient parfois davantage remplies de suspens que la fin de ce premier tome. Enfin, bien sûr, cela dépend de ce que nous offrira la suite!

Rendez-vous en mai pour l'édition française de Catching Fire , soit L'embrasement... et bonne lecture!

Mes passages préférés :
"Quelle impression cela fait-il de vivre dans un monde où la nourriture apparaît sur simple pression d'un bouton? A quoi utiliserais-je les heures que je consacre à courir les bois si ma subsistance était assurée aussi facilement? Que font-ils de leurs journées, ces gens du Capitole, à part orner leur corps et attendre une nouvelle cargaison de tributs pour se distraire par le spectacle de leur mort?" (page 71)

"Je pense à Gale, sans moi. Chacun de nous peut se débrouiller seul, mais nous sommes meilleurs à deux. Surtout pour le gros gibier. Mais également pour les petites choses. Avoir un partenaire rend le fardeau plus léger, la lourde tâche de nourrir sa famille en devient même agréable" (page 115)

" Au Capitole, on a recours à la chirurgie pour faire paraître les gens plus jeunes et plus minces. Dans le district Douze, la vieillesse constitue un succès en soi car beaucoup de gens meurent prématurément. Quand on voit une personne âgée, on a envie de la féliciter, de lui demander le secret de sa longévité. On envie les gros, qui s'en sortent manifestement mieux que le reste d'entre nous. Mais ici, les choses sont différentes. Les rides n'ont rien de désirable. Une bedaine n'est pas un signe de réussite." (page 130)

"Je réalise pour la première fois à quel point je me suis sentie seule dans l'arène. Ce qu'une présence humaine peut avoir de réconfortant." (page 216)

De belles phrases qui rappèlent notre réalité quotidienne et la critiquent doucement... mais sûrement.

 

 

Il s'agissait d'une lecture commune en deux tours organisée par moi-même via Livraddict. 1er tour ce jour et 2nd tour le 31/05/2010. Vous pouvez déjà lire les avis de :

Melcouettes, Herisson08, Lisalor, Radicale, Azariel87Cacahuète, Ana76 puis viendront ceux de Marie L., Iani (peut-être pour le 31/05/2010), jelydragon, et, lors du second tour, vous aurez ceux de : Lexounet, Jess, Frankie, lagrandestef, Mallou, Ethernya, Linou, Mycoton32, Taylor et peut-être Wilhelmina.

 


challenge-ABC

Challenge ABC n°4/26 (lettre C)
logo-coups-de-coeur
Challenge les Coups de Coeur de la Blogosphère n°2/7 ou 8

 

Repost 0
Published by joey7lindley09 - dans Lectures communes
commenter cet article
1 mars 2010 1 01 /03 /mars /2010 07:00


Commencé le :15/02/2010
Fini le : 27/02/2010

Résumé de l'éditeur :
Sa devise? Je dépense donc je suis.
Sa vision du devoir conjugal? Choisir LA bague indémodable. C'est insensé et pourtant Becky Bloomwood va se marier! Et inutile de dire que les préparatifs s'annoncent... catastrophiques : très vite, se pose la délicate question du lieu où célébrer l'union. Dans le jardinet ridiculement british de papa, avec tente bariolée et robe de mariée qui vous fait la silhouette " d'une saucisse dans un chausson de pâte feuilletée " ? Ou au mythique hôtel Plaza, sous l'égide de la belle-mère, authentique Cruella au total look fashion ? Ecartelée entre goût du luxe et respect des traditions, Becky la flambeuse va cette fois-ci devoir choisir.
Pour le meilleur et pour le rire...


J'ai bien cru que cette lecture allait m'agacer au plus haut point. Au bout de trois tomes de L'accro[...] j'ai cru voir mon intérêt s'évaporer au profit de l'irritation. Non mais ce n'est pas possible d'être aussi stupide alors pourquoi en faire tant de livres??

Je suis passée de "elle n'a rien appris!" à "c'est tellement stupide!" en lisant qu'elle trouvait "tellement gratifiant" de ranger les pots d'épices par couleurs et qu'elle appelait ça du ménage! (page 29)

Page 172, l'état d'esprit constant de miss Bloomwood nous est parfaitement décrit. Tout au long de ses aventures, lorsqu'elle se trouve dans des situations impossibles (et ça arrive souvent), la demoiselle pense les voir s'arranger seules en se disant  "si je feins de trouver la situation tout à fait normale, peut-être le deviendra-t-elle?"

Ces impressions agrémentées (et augmentées) de mon agacement face aux fautes d'orthographe, aux mots imprimés deux fois ou manquants sans compter les pages de mon livre qui se détachaient quand je les tournais ont failli avoir raison de moi! Moi qui apprécie beaucoup les éditions Pocket, mon livre qui s'éffeuillait a failli me faire changer d'avis! Mais je n'aurais pas arrêté ma lecture car je suis toujours curieuse de finir mes lectures.

Fort heureusement, il est arrivé un moment dans ma lecture où le plaisir total de lire ces aventures m'est revenu comme un boomerang! Il semblerait qu'au fil du temps, même si Becky fait toujours un tas de bêtises, elle mûrisse! Grand bien lui fasse et à nous aussi! J'ai même trouvé un effet de style de l'auteure qu'en plus, j'ai apprécié : "Toutes ces années passées à me sentir nulle et stupide face à elle remontent en moi comme de la lave dans le cratère d'un volcan" (page 208)

Tenez-vous bien, à un moment, Becky Bloomwood herself dénigre même les rayons qu'elle aime tant à parcourir d'habitude car "Non mais franchement! Pourquoi diable sont-ils allés installer le rayon bébés aussi loin de l'entrée principale? Vous pouvez me dire à quoi servent tous ces étages archi-nuls de vêtements, de cosmétiques et de sacs qui n'intéressent personne?" Bon, d'accord, c'est dans un mouvement de panique mais n'est-ce pas la preuve que notre héroïne prend enfin conscience des choses importantes dans la vie? On se demande même si un tel revirement de sa part est possible.

Ce livre laisse également un peu plus de place à l'
émotion et aux choses sérieuses, de celles qui vous poussent à grandir malgré vous. Becky est en effet confrontée à une crise existentielle de la part de Luke, son futur mari, dont les préoccupations de l'enfance et surtout de l'adolescence quant à sa maman ressurgissent. C'est là qu'elle décide que rien n'est plus important pour elle que le bonheur qu'ils se préparent et qu'elle met tout en oeuvre pour réconcilier Luke et sa mère, sorte de reine des glaces inabordable qu'elle déteste.

Cet opus est aussi celui qui voit naître le filleul de Becky, le bébé de Suze qui, elle aussi, semble s'être posée. Elle m'a vraiment paru des plus sympathiques, intervenant à chaque moment difficile pour remettre Bex encore et toujours dans le droit chemin, même si elle est à des milliers de kilomètres. Une vraie amie comme on aimerait tous en avoir.

C'est amusant, je ne sais pas pourquoi, je l'imagine rousse cette jeune femme (Suze). Je ne me souviens pas de la description qu'en a fait l'auteure mais, pour moi, elle l'est forcément. Je l'imagine ainsi :

(il s'agit en fait de Brigid Brannagh qui a entre autre joué dans 2 épisodes de "Dharma & Greg" et joue dans "Army Wives")

De même, j'ai été surprise de lire en page 32 que Luke était brun. Je ne sais pas pourquoi, je l'imaginais blond, façon "Mentalist".

Ca colle plutôt bien, vous ne trouvez pas?

Enfin, bref, après de grosses hésitations, ce livre s'est encore une fois révélé sympathique à lire. Pas besoin de réfléchir, quelques sourires entre les soupirs pour une Becky fidèle à elle-même. (page 369 "-Becky tu avais raison/- Moi, j'avais raison?, dis-je paniquée./Ca ne tourne pas rond du tout")
Je suis très curieuse de lire la suite (L'accro du shopping a une soeur) qui trône déjà fièrement dans ma bibliothèque.

Petite pointe d'humour : une petite chose m'a paru bien étrange, page 451 "Quand Luke me rejoint, je lui prends la main et il la serre fort dans la sienne." OK, je vois ce que Sophie Kinsella a voulu dire et ça n'était pas simple à écrire mais, en attendant, c'est sa propre main que Luke serre! ;) (mais non, ce n'est pas méchant. C'était pour rire!)
Je tire malgré tout mon chapeau à Sophie Kinsella qui sait injecter de nombreux rebondissements dans ses pages et qui arrive à amener des personnages que l'on croit éphémères mais qui auront leur importance.
Par contre, j'ai trouvé étrange aussi le fait que Tarquie ne soit pas présent dans ce troisième tome. S'il s'était agi d'une série télé, je me serais dit que l'acteur jouant son rôle était occupé sur un autre tournage mais là...

J'ai lu ce livre dans le cadre d'une lecture commune avec MyaRosa (dont la critique aura peut-être un peu de retard mais viendra), Herisson08 et Cacahuète. Je ne vais pas manquer d'aller lire leurs avis!

Repost 0
Published by joey7lindley09 - dans Lectures communes
commenter cet article

Je participe à...

logo.gif

 

Depuis décembre 2010, pour ma plus grande joie!

+ Membre du forum depuis le 05/12/2010

 

stars-portraits.jpg

Inscrite depuis le 21/05/2007 même si je n'ai plus trop le temps^^Mais j'espère qu'il reviendra!!!

 

Forum Livraddict : agréable et convivial!

Membre depuis le 03/11/2009

 

 

chicklitchallenge

Chick-lit challenge 2012,organisé par Evy

Echéance : le 31/12/2012

Livres lus : 0

 

Challenges Séries TV par Magda31 sur Livraddict

Du 11/11/2011 au 20/03/2012