Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Joey's sharing place
  • Joey's sharing place
  • : Ce blog parlera de mes coups de coeur, qu'il s'agisse de télé, de ciné, de musique, etc..., et de mes lectures en général
  • Contact

Mes (nombreux) chouchoux

http://img.ozap.com/01579524-photo-le-cast-de-90210.jpg

90210

http://2.bp.blogspot.com/_BjhQ-9oIy74/S32c9HzW2mI/AAAAAAAADds/YqIrQ7NIyXI/s800/affiche-Beautiful-People-2005-1.jpg

Beautiful people

http://legendsrevealed.com/entertainment/wp-content/uploads/2009/04/beverly-hills-90210_l.jpg

Beverly Hills 90210

http://screencrave.com/wp-content/uploads/2009/01/blossom09-01-26.jpg

Blossom (Petite fleur)

http://www.lemag-vip.com/memo/body-of-proof-poster.jpg

Body of Proof

http://www.serieslive.com/img/series/casting/brothers_and_sisters.jpg

Brothers & Sisters

http://dailyrunneronline.com/wp-content/uploads/2010/03/Cosby-pic.jpg

Cosby Show

http://www.sonypictures.com/tv/shows/dawson/gallery/cast/assets/cast.jpg

Dawson's Creek (Dawson)

http://www.journaldesseries.com/public/Desperate%20Housewives/Desperate.jpg

Desperate Housewives

http://images.starpulse.com/Photos/Previews/Dharma-and-Greg-tv-02.jpg

Dharma & Greg

http://www.journaldesseries.com/public/Everwood/Everwood.jpg

Everwood

http://www.onehundredtearsaway.com/wp-content/uploads/2009/10/felicity_season1.jpg

Felicity

http://images.art.com/images/products/small/10053000/10053844.jpg

Friends

http://kloppertjie.files.wordpress.com/2008/06/full-house.jpg

Full House (La fête à la maison)

http://televixen.files.wordpress.com/2009/06/gilmoregirls.jpg

Gilmore Girls

http://season1.fr/images/gossip_girl2.jpg

Gossip Girl

http://1.bp.blogspot.com/-Ro1pkoZfLpM/TeFjJtH3DFI/AAAAAAAAAJ0/SKLp9H20wLM/s1600/Greys.jpg

Grey's Anatomy

http://www.notrecinema.net/aviscine/images/films/18000/18816_half_26_half_harlf_26_half___18415293half_&_halfmona.jpg

Half & Half

http://imagesentoutgenre.i.m.pic.centerblog.net/1jm5k41t.jpg

Heartbreak High (Hartley, coeurs à vif)

http://www.lemag-vip.com/memo/hart_of_dixie_poster_rachel_bilson.jpg

Hart of Dixie

http://dvdsaxxo.files.wordpress.com/2009/10/joan-of-arcadia.jpg

Joan of Arcadia (Le monde de Joan)

http://img.over-blog.com/456x600/1/10/54/32/UPDL-FAIT-SON-CINEMA/SERIES-TV/CHAMPIONNES-A-TOUT-PRIX.jpg

Make it or Break it (Championnes à Tout Prix)

http://www.onlyonetreehill.com/images/season1.jpg

One Tree Hill (Les frères Scott)

http://www.mainstreamclub.org/wp-content/uploads/2010/09/CEST-LA-REPRISE-Parenthood-saison-2-parents-mais-un-peu-quand-m%C3%AAme-2.jpg

Parenthood

http://savemybrain.net/v2/wp-content/uploads/2009/10/private-practice-l-1.jpeg

Private Practice

http://www.lafilledurock.com/wp-content/uploads/rizzoli-and-isles-poster.jpg

Rizzoli & Isles

http://www.rtsr.ch/rtsr/upload/Image/dossiers/series/SexCity_The%20Cast1.gif

Sex & the city

http://28.media.tumblr.com/tumblr_l6wy9e1xrD1qcquuyo1_400.jpg

Step by Step (Notre belle famille)

http://2.bp.blogspot.com/_1Ph6cIev9gw/SfXRltIIFvI/AAAAAAAAHEY/gvch7OTs2os/s400/bigbang.jpg

The Big Bang Theory

http://www.reelfilm.com/images/tvgold.jpg

The Golden Girls (Les Craquantes)

bigtheoc2ay1

The O.C.

http://www.peeperstv.com/pictures/340627/joycedewittthreescompany.jpg

Three's Company

http://30.media.tumblr.com/BXcnuRrK0nca5mwqoiGmKLeCo1_400.jpg

Two of a kind (Les jumelles s'en mêlent)

http://televixen.files.wordpress.com/2009/02/wtb.jpg

Who's the boss? (Madame est servie)

http://image.toutlecine.com/photos/w/i/l/will-et-grace-serie-tv-07-g.jpg

Will & Grace

Rechercher

Lectures en cours

http://www.livraddict.com/biblio/couverture/mincouv75456545.jpg  

16 Lighthouse Road, de Debbie Macomber

Commencé le : 17/04/2012

Evolution de ma lecture : page 48/376

 

 

Sabrina, the teenage witch, #1, de David Cody Weiss et Bobbi JG Weiss

Commencé le : 05/10/2010

Evolution de ma lecture : page 42/150  

 

 

Ma vie est tout à fait fascinante, de Pénélope Bagieu

Commencé et fini le : 27/08/2010. Billet à venir (attente retour car je l'ai prêté)

Billets à venir

"Intouchables", film de Eric Toledano et Olivier Nakache, de 2011

Noel 2011

"Esprit de famille', de Thomas Bezucha , de 2005

4 octobre 2010 1 04 /10 /octobre /2010 15:02

http://www.decitre.fr/gi/27/9782258085527FS.gif

Titre original : Blood brothers

Commencé le : 24/09/2010

Terminé le : 03/10/2010

391 pages

 

Résumé de l'éditeur :

En dépit de sa violence, de son langage cru et de son réalisme brutal, Frères de sang est un roman d'une remarquable subtilité, qui brosse un tableau sans concession du passage à l'âge adulte.

Le Bronx, dans les années 1970. A bientôt dix-huit ans, il est temps pour Stony de choisir son chemin. Tout le pousse à suivre les pas de son père, et à devenir électricien - une perspective qui ne l'enchante guère. Mais entre une petite amie volage, un jeune frère anorexique qu'il essaie de protéger de leur mère et une famille envahissante, Stony n'a pas le temps de penser à son avenir. Pourtant, lorsqu'il trouve un emploi dans un hôpital, il se prend à rêver d'une autre vie que celle à laquelle la tradition familiale le destine.
Mais pourra-t-il échapper à ses origines ? Véritable tragédie de l'ordinaire, cette chronique d'une famille unie mais dysfonctionnelle, écrite alors que Richard Price n'avait même pas trente ans, était inédite en France jusqu'à ce jour.

 

Ce livre est le premier livre dit de "rentrée littéraire" que je lis. Cette occasion m'a été donnée par le site Babelio, dans le cadre de l'opération Masse Critique qui s'est déroulée en septembre 2010.  Mon choix s'est porté sur ce titre car l'histoire de ce jeune homme qui allait s'élever contre la tradition familiale pour faire ce qu'il aime me donnait très envie. J'aurais pourtant pu ne pas être tentée car un frère anorexique et une mère dangereuse ne constituent pas d'habitude des attraits pour moi. Je lis davantage de choses légères, qui sortent du quotidien. Mais je dois dire cependant que l'intrigue principale a pris le dessus sur le reste. J'ai aussi trouvé qu'il était original de présenter ces deux personnages car le plus souvent, les romans évoquent des pères violents et des filles anorexiques et non pas l'inverse.

Cela dit, il ne faut pas s'y tromper. Il s'agit d'un livre violent, comme le précise le petit commentaire de l'éditeur. Certes, il ne s'agit pas de massacres, de guerres et autres barbarismes mais de la violence au quotidien. Celle qui sévit malheureusement dans certains foyers. La violence physique de ceux qui se croient des hommes parce qu'ils se battent dans un bar et la violence psychologique. Celle dont est victime Albert, le petit frère de Stony, de la part de leur mère, et celle dont est victime Stony lui-même et à laquelle il va devoir faire face pour décider du tournant que prendra sa vie.

 

Je dois avouer que je n'aurais pas du tout choisi de lire ce livre si j'avais vu la première phrase au dos de la quatrième de couverture (celle qui ouvre le résumé plus haut) En effet, tout ce qui est violent et cru me fait tout de suite faire demi-tour. C'est pourquoi, j'ai été quelque peu surprise en commençant cette lecture. C'est un livre très vulgaire. Toutefois, il reflète très bien l'univers dans lequel a grandi et vit Stony. Son père, Tommy, est maître électricien, sa mère, Marie, est une  femme au foyer qui ne semble pas très dévouée. Son oncle Chubby passe son temps au bar avec Tommy quand il ne vont pas "aux putes" et Stony fait de même avec son copain Butler. Il faut dire que ça me change des petits livres gentillets sur des petites filles riches ou des accro du shopping capricieuses. Ici, la famille De Coco vit dans le Bronx et, même s'ils n'ont jamais manqué de rien, on est loin des jolis tableaux familiaux où tout est rose.

Alors oui, j'ai détesté le langage dans ce livre et non, je ne l'aurais certainement pas lu si j'avais su à quoi m'attendre. Cependant, le sujet continuait de m'intéresser et je n'ai pas eu envie de refermer le livre comme ce fut le cas pour Le Grand Meaulnes ou Julie & Julia. Je le sais ce n'est pas du tout le même genre mais ceux-ci, bien qu'ils me paraissaient davantage destinés, m'ont profondément ennuyée.

A l'inverse, l'écriture de Richard Price, bien qu'empreinte de vulgarité, a su me tenir en haleine. Je voulais savoir si Stony se libèrerait de ses parents, s'il choisirait l'hôpital et ce qu'il aimait ou l'électricité et l'argent "facile". Je voulais savoir si Albert s'en sortirait, si Butler accomplirait son rêve, si Annette serait l'heureuse élue et si Tommy s'adoucirait...

C'est pourquoi je ne regrette pas d'avoir lu ce livre jusqu'au bout, même si je suis loin d'adhérer à tout ce qu'il contient.

 

 

 

*** ATTENTION - MI-NI SPOI-LERS!!! A NE PAS LIRE SI VOUS NE VOULEZ RIEN SAVOIR DE LA FIN***

(surlignez avec la souris pour lire)

 

J'ai d'ailleurs été très déçue par la fin. J'avais trop d'espoir mais je dois avouer que cette fin est plus une fin réaliste qu'un happy end... et moi j'aime les happy ends, que voulez-vous. J'ai toutefois trouvé que le livre perdait de sa force avec cette fin. Je m'attendais à ce que Stony continue de lutter pour ce en quoi il croyait et pour ce qu'il aimait. Mais beaucoup me diraient sûrement qu'il a quand même fait ce qu'il avait de mieux à faire pour vivre correctement.

J'ai aussi trouvé que ce qui arrivait entre Chubby et Phyllis était totalement injuste, surtout que la vérité ne leur est pas révélée en fin de récit.

 

*** FIN DES SPOILERS***

 

Quelques extraits que j'ai appréciés :

-> "Il ressemble plus à un mec qui t'envoie à l'hosto qu'à un mec qui t'aide à en sortir." (page 173)

-> "Si vous croyez au crédit, prêtez-moi cinq dollars." (page 215)

-> "Nous avons confiance en Dieu, les autres paient comptant." (page 215)

 

Un grand merci à Babelio et aux éditions Presses de la Cité pour mon premier livre reçu dans le cadre de Masse Critique. Cela m'a permis de découvrir un genre et un auteur que je n'avais pas encore lu et de me rendre compte qu'on peut ne pas aimer un style sans détester le livre pour autant :)

 

 

Repost 0
Published by joey7lindley09 - dans Lectures - Romans Adultes
commenter cet article
5 août 2010 4 05 /08 /août /2010 21:50

http://4.bp.blogspot.com/_Z451hFDScWs/TAn0yCWUOFI/AAAAAAAAFVE/xpn5HGyZQY8/s1600/000604779.jpg

Commencé le : 30/07/2010

Terminé le : 02/08/2010

122 pages

 

Résumé de l'éditeur :

Que se passerait-il outre-Manche si Sa Majesté la Reine se découvrait une passion potin la lecture? Si, d'un coup, rien n'arrêtait son insatiable soif de livres, au point qu'elle en vienne.
à négliger ses engagements royaux? C'est à cette drôle de fiction que nous invite Alan Bennett, le plus grinçant des comiques anglais. Henry James, les soeurs Brontë, Jean Genet et bien d'autres défilent sous l'oeil implacable d'Elizabeth, cependant que le monde so British de Buckingham Palace s'inquiète. Du valet de chambre au prince Philip, tous grincent des dents tandis que la royale passion littéraire met sens dessus dessous l'implacable protocole de la maison Windsor.
Un succès mondial a récompensé cette joyeuse farce qui, par-delà la drôlerie, est aussi une belle réflexion sur le pouvoir subversif de la lecture.

 

Voici un livre que j'avais très envie de lire. Le thème m'attirait, il semblait que tous ses lecteurs (ou presque) en avaient été satisfaits voire comblés et, de plus, il était décrit comme étantd drôle. Quand j'ai eu un bon d'achat dans un magasin, j'étais donc sûre d'une chose : je repartirais au moins avec ce livre.

 

Qu'en dirais-je? Que comme d'habitude, il ne faut pas se fier aux apparences et que chacun peut se révéler avoir des goûts différents des autres!

 

Je ne regrette pas pour autant de l'avoir lu : il était court et pas trop, trop cher donc, au moins, je suis fixée.

 

Je ne la raconterai pas mais j'ai bien aimé la chute. Cétait logique en même temps, je trouve. J'ai aimé le tout début, quand la Reine découvre les joies de la lecture "intensive" car je m'y suis tout à fait reconnue mais je pensais trouver plus de références de ce genre dans tout le livre. Seulement au bout d'un moment, j'ai trouvé que ça s'émoussait et au moment où l'auteur commence à s'attarder plus sur les événements fréquentés par Sa Majesté et l'avis de ses officiers, Premier Ministre et autres conseillers, ça devenait moins centré sur la lecture (je trouve) et donc moins intéressant à mon goût.

 

Je n'ai pas non plus trouvé que c'était très drôle, même s'il m'est arrivé de sourire. Peut-être un peu à cause de mon manque de culture concernant le Royaume-Uni mais pas uniquement, je pense.

 

J'aurais aimé y trouver davantage d'idées de lecture comme ce fut le cas au début du livre. Encore une fois, j'en attendais sûrement trop... ou simplement des choses différentes. Mais, je le redis, la fin a déclenché un petit rictus. J'ai pris ça comme un petit clin d'oeil sympa et un pied de nez au Royaume-Uni et peut-être même à la Reine. Ca me donnerait presque envie de m'intéresser davantage à ce personnage, dans la réalité.

 

Ce que j'ai adoré en revanche, comme mentionné plus haut, c'est ce genre de phrases (désolée si je les dévoile toutes ou presque) :

- "[...]elle les inscrivit sur la liste de lecture qu'elle venait d'inaugurer" (page 25) -> la Reine a sa LAL!!!

- "Elle découvrait également que chaque livre l'entraînait vers d'autres livres, que les portes ne cessaient de s'ouvrir, quels que soient les chemins empruntés, et que les journées n'étaient pas asses longues pour lire autant qu'elle l'aurait voulu. Mais elle éprouvait aussi du regret, et même une certaine humiliation, en songeant à toutes les opportunités qu'elle avait laissées filer." (page 27)

- "Le briefing vise à clore une discussion, la lecture ne cesse de la relancer" (page 27)

- "Ayant découvert par elle-même les plaisirs de la lecture, Sa Majesté ne demandait pas mieux que de les partager" (page 28) -> spécial dédicace à tous les blogolecteurs et à toutes les blogolectrices!!!

- "Pourquoi, se demandait-elle, avait-elle ressenti cet attrait pour les livres, à ce moment précis de son existence? D'où lui venait ce soudain appétit?" (page 35)

 

Osez dire que vous ne vous reconnaissez pas dans toutes ces phrases! Des phrases qui montrent bien que l'auteur sait de quoi il parle et qui, pour moi qui ai vraiment commencé la lecture régulière depuis peu, étaient plus que parlantes : je m'y suis complètement reconnue! J'aurais juste aimé que ça continue ainsi. Mais bon, j'aurais au moins eu quelques points communs avec Sa Majesté (de l'histoire), le temps de quelques pages et, ça, je ne pensais pas que ça pouvait arriver!

 

 

Repost 0
Published by joey7lindley09 - dans Lectures - Romans Adultes
commenter cet article
12 mars 2010 5 12 /03 /mars /2010 23:51


825643590 L

Commencé le : 28/02/2010
Terminé le : 11/03/2010
Emprunté à la médiathèque

Résumé (de l'édition Gallimard de 1991) :

L'Amérique des années soixante-dix, époque d'aspirations confuses, mal affranchie des tabous religieux, de la morale et du sexe. À Eastwick, une petite ville de province, trois femmes divorcées, adeptes des pratiques occultes, trois sorcières, exercent sur les hommes et leurs concurrentes le pouvoir que leur confèrent et leur charme, et leur liberté, et leur perversité. L'arrivée de Van Horne, incarnation du Malin, déclenchera une tragédie. Par goût du pouvoir absolu, Jane, Alexandra et Sukie en appelleront en effet aux forces maléfiques pour se débarrasser de Jenny, leur disciple devenue leur rivale et, donc, leur victime de prédilection.



Moi qui ne suis pas naïve, je ne l'ai pas prouvé quand j'ai choisi d'emprunter ce livre à la médiathèque. Pourquoi? Tout simplement car, comme une pure naïve, je me suis fiée au pilote de la série "Eastwick" pour me dire que j'allais sûrement aimer ce livre. La série, même si elle montrait le personnage de Van Horne comme quelqu'un d'assez noir, ne m'a pas du tout fait le même effet.

Si j'avais lu le résumé que je vous ai collé ici, j'aurais tout de suite relevé le terme "perversité", qui m'aurait écartée de cette lecture. Ca n'aurait pas été dommmage car, la perversité, c'est l'une des principales choses qui ressortent du roman et je déteste ça! De plus, tout est glauque dans ce livre. Tenez, pour en juger vous-mêmes, voici un extrait :
"les corps enfin révélés avec leurs marques et leurs flétrissures cachées pareilles à de décevants petits cadeaux de Noël" (page 99).
J'aime l'image car je trouve cette comparaison bien trouvée, simplement, je n'aime pas l'image que John Updike met en avant quand il parle des femmes dans son livre et tout particulièrement au travers du personnage d'Alexandra qu'il décrit, on peut le dire, comme grosse, vieille et moche mais qui a son charme (si, si, c'est possible!)

Ce livre est parfait pour vous si le côté pervers ne vous rebute pas, ni les longues phrases alambiquées bourrées de métaphores et de virgules à la fin desquelles je me demandais comment lesdites phrases avaient commencé!
Certes certaines sont belles et révélatrices d'une imagination fertile mais peut-être trop fertile pour moi.

Le roman montre également le grand intérêt que l'auteur porte à la nature en général et à l'écologie. De nombreux passages sont une pure description de la nature mais aussi une marque de pessimisme récurrent au fil des pages. Le temps qui passe me semble être l'un des thèmes de prédilections de John Updike mais surtout le temps qui passe et que l'on ne rattrape pas. Etant, pour le coup, assez pessimiste moi-même, j'ai pourtant trouvé que c'était trop, notamment à travers les fameuses descriptions d'Alexandra et de sa vie.

De plus, le personnage de Jane Smart m'a, tout du long, été totalement antipathique, parfois à la limite du supportable. Bon, OK, j'exagère peut-être mais elle m'a vraiment agacée! Une sorte d'incarnation de l'égoisme et du mal.
Ce personnage est une musicienne dans l'âme et le roman porte vraiment cette trace musicale. A tel point qu'un passage de plusieurs paragraphes m'a totalement perdue entre les croches, les quintes et autres suites. Je dois avouer que mes connaissances dans ce domaine n'étaient pas assez grandes pour que je puisse m'en imprégner.

J'ai toutefois pu apprécier la phrase disant que "La musique illumine de sa lampe palpitante la sombre caverne de nos existences" (page 258) Vous voyez, encore de la noirceur!

Certains passages m'ont aussi semblé tombés de nulle part, n'avoir pas leur place dans la continuité de l'histoire et les trois sorcières m'ont été antipathiques au sujet de leurs enfants : aucune ne s'occupe des siens!

Au final, je me suis en plus beaucoup ennuyée durant cette lecture. Il me reste donc à voir si la suite de la série se révèlera plus proche du livre (drôlement vieille et grosse Alexandra, à gauche, n'est-ce pas? Bon, je sais, ça n'aurait pas été assez commercial s'ils avaient respecté le livre à ce sujet) et à lire le synopsis du film pour décider de son visionnage ou non... (à voir les photos, ça a l'air assez proche et ça ne m'inspire donc rioen qui vaille)





Si je dois retenir un point positif de cette lecture, c'est que c'est que c'est elle qui forme la lettre "U" de mon challenge ABC, les auteurs portant cette initiale n'étant pas légion!^^

challenge-ABCN° 4/26 (lettre "U")
Repost 0
Published by joey7lindley09 - dans Lectures - Romans Adultes
commenter cet article
29 janvier 2010 5 29 /01 /janvier /2010 13:13


Commencé : le 18/01/2010
Fini : le 28/01/2010
Emprunté à la médiathèque

Résumé de l'éditeur :

Récemment arrivée des Etats-Unis avec son mari, Ella Turner a du mal à trouver sa place dans cette bourgade de province du sud-ouest de la France.
S'y sentant seule et indésirable, elle entreprend des recherches sur ses ancêtres protestants qui eurent à fuir les persécutions. Elle est alors loin d'imaginer que cette quête va bouleverser sa vie. Quatre siècles plus tôt, en pleine guerre de religion, Isabelle du Moulin, surnommée " La Rousse " en raison de sa flamboyante chevelure, risque un procès en sorcellerie pour le culte qu'elle voue à la Vierge Marie.
Cependant, l'enfant qu'elle porte ne lui laisse d'autre choix que d'entrer dans l'intolérante famille des Tournier qui a embrassé la Réforme. Séparées par des générations mais unies par un mystérieux héritage, Ella et Isabelle vont renouer les fils du temps à deux voix. Premier roman de l'auteur de La jeune fille à la perle, La Vierge en bleu livre l'histoire tragique et foisonnante des Tournier, sur fond de guerre de religion.

J'ai souhaité lire ce livre car j'ai lu et beaucoup apprécié La jeune fille à la perle dans lequel, l'auteur avait su créer une ambiance qui m'a emportée. j'ai donc cherché quel autre titre je pourrais lire et, La vierge en bleu, qui est aussi son premier roman, est celui qui m'inspirait le plus parmi eux, voire, me rebutait le moins. j'ai en effet un a priori énorme (et apparemment injustifié) sur les livres basés sur l'histoire alors quand j'ai lu "sur fond de guerre de religion" dans le thème, j'ai un peu hésité... Mais une histoire à deux voix, à deux époques différentes qui seraient liées me semblaient être une bonne idée

Chaque chapitre est consacré en alterncace à Isabelle et à Ella, jusqu'à la fin, où les deux époques se rejoigne au sein des mêmes chapitres. Le livre commence avec l'histoire d'Isabelle, enceinte et donc mariée de force mais également d'office détestée par sa belle-famille et son entourage en général (pas par sa propre famille). Les raisons de cette haine? Elle est catholique et vénère donc la Vierge Marie (eux sont protestants) et elle est rousse. L'auteur nous explique que la Vierge est souvent représentée comme étant rousse. Ils vont jusqu'à la traiter de sorcière.

En commençant le livre, je me suis dit "ouh, là, là, ça ne va pas m'intéresser cette histoire" J'avasi le souvenir lointain d'avoir étudié les Catholiques et les Protestants en cours d'histoire mais pas assez pour me sentir à l'aise dans la description des événements.
Puis vient le tour du deuxième chapitre, qui relate l'arrivée en France d'Ella et de son mari. Tout de suite, plus à l'aise avec du contemporain, quoique...

Mrs Chevalier est plutôt douée pour nous tenir en haleine et, à chaque fin de chapitre consacré à Isabelle, on souhaitait continuer, sans passer à Ella, et vice-versa. Jusqu'à ce qu'en fait, ej me retrouve, moi, à préférer les chapitres concernant Isabelle, plus intrigants, et mettant en scène un personnage que l'on apprécie plsu facilement, je trouve.
Si bien qu'au final, je pense que j'aurais préféré un livre ne traitant que de cette partie! (jamais contente! LOL) Mais, attention, ne vous méprenez pas, j'ai beaucoup apprécié ce livre, surtout les passages consacrés à Isabelle donc, même si je n'aime pas certains genres de scènes (la façon dont elle est traitée, par son mari surtout)

Par contre, je dois avouer que je reste un peu sur ma fin car je ne susi pas sûre d'avoir compris ce que je devais en déduire : accident? Intention? Tradition étrange? Sauriez-vous m'éclairer? Décidément, je me rends compte qu'il y a souvent des choses que j'ai du mal à saisir! Peut-être par manque d'habitude de lire...

En tout cas, j'ai aimé ce livre, même si je lui ai préféré La jeune fille à la perle. J'ai lu sur certains blogs, chez Miss Alfie, notamment, qu'il y avait cependant des incohérences et, je suis d'accord, notamment concernant la purée de maïs qu'Ella mange chez Mathilde, la considérant comme un repas simple. Vous avez déjà mangé ça, vous, en France?!^^
J'ai aussi apprécié le travail documentaire qu'a d^effectuer l'auteur pour ce livre, me disant qu'elle en connaissait beaucoup sur l'histoire de France pour une étrangère^^

Dernière chose : j'aurais aimé que l'histoire du berger soit plus développée

Une petite phrase qui m'a parlé : "Il est curieux de constater que, dès que vous racontez votre histoire, elle tend à la narration, prend le dessus sur les faits. Ajoutez à cela la mise en scène du narrateur qui vous éloigne encore davantage de la réalité" (page 236)

Repost 0
Published by joey7lindley09 - dans Lectures - Romans Adultes
commenter cet article
19 janvier 2010 2 19 /01 /janvier /2010 13:19



Commencé le 10/01/2010
Fini le 18/01/2010

Résumé de l'éditeur :
San Francisco, les années 70 : une ville pas comme les autres...
Mary Ann est une jeune secrétaire naïve, originaire du Middle West, qui débarque dans un univers sans tabou où il faut surtout attendre l'inattendu. En compagnie de Mme Madrigal, sa très mystérieuse logeuse, du beau Michael, son colocataire toujours à la recherche de l'amant idéal, et de bien d'autres, elle nous entraîne dans des aventures plus invraisemblables les unes que les autres. Ce véritable feuilleton romanesque évoque tout l'esprit d'une époque et témoigne d'un humour - souvent satirique - et d'une chaleur humaine rares.


Avec ce livre, j'entamais deux challenges : mon challenge ABC 2010 et le challenge coups de coeur de la blogosphère dans lequel il constituait le coup de coeur de Virginie/Chrestomanci

Un coup de coeur,  je m'attendais à ce que cela en soit un pour moi aussi. Trop peut-être.

Depuis que j'ai entendu parler de ces livres (il y a environ 6 - 7 ans, dirons-nous), ça n'a été qu'en bien. En plus, leur toile de fond est San Francisco, une ville que j'affectionne tout particulièrement et où je rêve d'aller. Je trouve ses paysages magnifiques et c'est vrai qu'elle a une culture très riche. Celle-ci est bien représentée dans le livre. Malheureuement, je m'attendais aussi à m'attacher à l'intrigue et aux personnages. Ce ne fut pas le cas.

Les personnages principaux sont Mary-Ann, qui débarque à San Francisco pour y vivre et y fait la connaissance de sa logeuse à Barbary Lane, la mystérieuse Madame Madrigal ; Michael, l'ami gay de Mona, résidente de Barbary Lane depuis longtemps déjà ; Brian, coureur de jupons invétéré mais aussi DeDe, mariée à Beauchamp ; Jon et Norman.

J'ai été plus intéressée par le personnage de Mary-Ann, que je considère comme l'héroïne centrale du fait de son arrivée, même si, en réalité, l'héroïne centrale, s'il en fallait une, serait plutôt Madame Madrigal. Ce personnage aussi est intéressant car entouré de non-dits, de mystères qu'on aimerait percer mais elle est quand même très bizarre. Elle offre un joint collé à la porte de chacun des nouveaux arrivants dans sa résidence. Malgré cela, j'avoue être curieuse de la connaître davantage.
Les personnages de Beauchamp, Brian et Michael (pas encore très développé) m'ont ennuyée et j'ai commencé à vouloir en savoir plus sur DeDe seulement vers la fin du livre. Mais, dans l'ensemble, j'avais malheureusement hâte d'arriver à cette fin, espérant toujours voir se développer une autre intrigue, qui me passionnerait davantage...

Sans raconter le livre, je n'ai pas non plus apprécié ce que l'auteur a fait du personnage de Norman, ni de celui de Vincent (personnage secondaire). Pour le premier, je ne l'ai pas vu venir et j'ai trouvé que c'était amené un peu bizarrement et conclu assez vite. Même remarque pour l'histoire de Vincent. Tout ces événements auront-il un impact sur les tomes suivants?

J'aimerais aussi que ceux et celles qui ont déjà lu ces livres me disent s'ils ont apprécié davantage les tomes suivants, s'il va se passer des choses susceptibles de me tenir en haleine et de me dire que le premier n'était qu'une introduction, une présentation des personnages. Virginie nous donne déjà quelques indications à ce sujet dans son article mais j'aimerais savoir si, en lisant la suite, je pourrai en apprendre plus sur le lien unissant Mona à Madame Madrigal? Savoir ce que Norman a découvert au sujet de cette dernière? D'Orothéa (personnage arrivée en milieu de livre) sera-t-elle toujours présente? (son histoire semble intéressante mais vite réglée également à mon goût)

Suis-je trop dure avec ce livre? Mon point de vue a-t-il été biaisé par toutes les bonnes critiques que j'en avais entendu et les attentes que celles-ci avaient fait naître et entretenu chez moi?

J'ai aussi été gênée par d'étranges fautes d'orthographe : "comme un foc", page 121, "quadruped", page 152...
et par quelques moments où je me demandais de quoi parlaient les personnages. Cela me donnait une impression de ne pas savoir ce que je lisais, comme si j'arrivais en plein milieu d'une conversation à laquelle je ne pouvais pas participer car je n'avais rien suivi. (comme avec "ils n'y figurent pas", bas de la page 254) Pour cette dernière remarque, peut-être est-ce moi qui n'ai pas compris^^

-> Edit du 22/01/2010 : ouh, honte sur moi!!! On vient de m'apprendre que l'expression "comme un foc" dans le cadre où elle est employée est tout à fait correcte! Je m'excuse donc d'avoir blâmé le traducteur pour mon manque de connaissances, moi qui est toujours cru que l'expression en question se référait à l'animal!!! (sans pour autant comprendre pourquoi!) Ah ben j'ai l'air idiote maintenant!^^

Le chapitrage très court est par contre génial pour les moments où on a peu de temps pour lire. Pas besoin de s'arrêter en plein milieu d'un chapitre!

Le livre est plein de références à la culture américaine de l'époque et j'avoue que, là, un livre de civilisation contemporaine, de culture télé et média n'aurait pas été de trop à côté de moi pour mieux apprivoiser l'univers qui m'était pésenté. J'ai relevé quelques noms propres et termes que je chercherai sur le net, pour enrichir ma culture personnelle^^

Je pense quand même lire la suite, au moins le tome 2, pour voir si j'aime plus mais j'avoue que je suis un peu échaudée et, en attendant, je recevrai vos avis et arguments favorables (ou non) avec grand plaisir

challenge-ABC.jpglogo-coups-de-coeur

 
ABC : 1/26             Coups de coeur : 1/6 (ou plus)

Repost 0
Published by joey7lindley09 - dans Lectures - Romans Adultes
commenter cet article
6 janvier 2010 3 06 /01 /janvier /2010 17:17


J'ai commencé ce livre il y a quelques jours et j'ai eu une journée de libre. Résultat : j'ai dévoré les 139 pages restantes de pur plaisir et de pures émotions en 2h30!

J'ai reçu ce livre dans le cadre d'un partenariat entre Livraddict et Oh! Editions, ravie qu'ils m'aient accordé la chance de découvrir ce livre qui me faisait de l'oeil en librairie depuis quelques temps déjà.

Pour vous donner une idée, voici la quatrième de couverture :

A 20 ans, Todd est un jeune homme différent des autres, solitaire, mais doué d’un vrai talent auprès des animaux. Un jour de décembre, il convainc son père de lui offrir le cadeau de ses rêves : l’emmener au refuge et adopter un chien, un chien rien que pour lui. Mais quand le beau labrador noir qu’il a baptisé Noël débarque à la maison, c’est toute la vie de Todd qui s’en trouve bouleversée. Peu à peu, grâce à l’amour inconditionnel de Noël, Todd s’ouvre aux autres et prouve à sa famille, stupéfaite de sa métamorphose, qu’il est enfin capable de trouver sa place dans le monde.

 

Une belle histoire d'amitié entre un homme et un chien, un grand moment de tendresse

 

Même si les seuls points communs entre les deux sont la présence du chien et la race de celui-ci, quand j'avais vu ce livre, j'y avais vu une opportunité de me replonger dans l'univers de Marley & Moi, une histoire que j'ai beaucoup appréciée, surtout au niveau de l'émotion qu'elle m'a fait ressentir. En plus, les Labrador et Golden Retriever font partie de mes races de chiens préférées et j'adore la période de Noël. C'était donc le livre parfait pour moi comme, je pense, pour beaucoup d'entre nous.

 

La période de l'année s'y prêtant tout à fait, j'étais aux anges de recevoir ce livre et je n'ai pas été déçue! L'histoire est très belle. Quand j'ai lu la quatrième de couverture, je pensais que le récit nous serait fait par Todd mais c'est en fait son père, George, qui nous la raconte à la première personne. Ceci nous permet d'observer Todd tout en ayant l'avis de son père et en partageant ses souvenirs. Accompagnés de Mary Ann, respectivement leur mère et femme, ils vivent dans une ferme exploitée par George avec l'aide son fils. Cette ferme est leur depuis plusieurs générations et on voit que c'est un plaisir pour eux de faire ce travail. Après avoir fini le livre, on apprend que l'auteur vit lui aussi dans une ferme avec sa femme et ses enfants et que "cette histoire est née de [s]es souches rurales dans une ferme du Kansas". C'est sûrement la raison pour laquelle l'histoire nous semble si réelle et cela ajoute indéniablement de la valeur au récit.

 

J'ai beaucoup aimé la présentations faite lors de la première visite du refuge. hayley, la responsable, explique les différentes classifications pour les chiens en refuge. Il existe par exemple le "syndrome du gros chien noir" qui fait que ce genre de chien, étant plus nombreux dans les refuges est difficile à faire adopter et elle cite aussi les "chiens pipi", qui restent à l'intérieur et ne sortent que pour faire leurs besoins. cela donne du réalisme au récit.

 

A plusieurs reprises, j'ai eu peur pour George, pour Todd, pour Noël. J'ignore si c'est volontaire (j'aimerais le savoir) mais certaines phrases, certains passages m'ont amenée à craindre des choses qui, fort heureusement, ne se sont pas produites. J'aimerais vous en dire plus mais je crains de ne trop en révéler... Du coup...

 

!!!A ne pas lire si vous ne voulez pas gâcher l'effet de surprise!!!

 

L'auteur insiste plusieurs fois sur les douleurs lancinantes que George ressent dans sa jambe droite et, à la page 84, il écrit "J'ignorais encore à ce moment-là que mon si long voyage approchait de son épilogue". J'ai compris ensuite que le "si long voyage" était la douleur morale dont George avait souffert depuis des années mais j'avais d'abord associé l'"épilogue" à un éventuel décès. J'ai été soulagée de constater que ce n'était pas le cas.

De plus, dans le passage ou l'étable est attaquée par le couguar, j'ai eu très peur pour Noël également (et pour George, de fait) mais, pour Noël, je pense que c'était réellement une volonté de l'auteur

 

!!! Fin des révélations, vous pouvez lire la suite!!!

 

J'ai été au bord des larmes pendant plusieurs passages. C'est tout moi ça! Cette jolie histoire qui se déroulait sous mes yeux, les quelques frayeurs que j'ai eues au cours de ma lecture et ce si beau lien entre les Hommes et entre les Hommes et leurs animaux m'a vraiment touchée. Je tiens vraiment ce livre pour un très beau conte de Noël, accessible à tous les âges et j'ai hâte de découvrir d'autres publications de Monsieur Kincaid (je les espère) car je le trouve vraiment très doué et capable de créer un univers attachant.

 

Je suis surprise qu'il soit avocat dans la vie mais c'est la preuve qu'on peut avoir plusieurs cordes à son arc et également que l'on peut exercer un métier difficile, vivre sans cesse dans l'adversité et devoir défendre les cas les plus adultes, tout en gardant son âme d'enfants, celle qui fait de nous des êtres humains sensibles et qui valent la peine d'être connus.

 

Ma phrase préférée (outre la dernière, que vous lirez vous même en finissant ce livre, n'est-ce pas?^^)
"Inciter nos enfants et petits-enfants à s'intéresser à autre chose qu'à eux-mêmes semblait les rendre heureux et ravivait l'espit de Noël" (page 112)

Merci encore à Livraddict et à Oh! Editions pour ce conte de Noël magnifique

Pour un autre avis, vous pouvez lire celui de Belledenuit et le commentaire que je lui ai laissé




Repost 0
Published by joey7lindley09 - dans Lectures - Romans Adultes
commenter cet article

Je participe à...

logo.gif

 

Depuis décembre 2010, pour ma plus grande joie!

+ Membre du forum depuis le 05/12/2010

 

stars-portraits.jpg

Inscrite depuis le 21/05/2007 même si je n'ai plus trop le temps^^Mais j'espère qu'il reviendra!!!

 

Forum Livraddict : agréable et convivial!

Membre depuis le 03/11/2009

 

 

chicklitchallenge

Chick-lit challenge 2012,organisé par Evy

Echéance : le 31/12/2012

Livres lus : 0

 

Challenges Séries TV par Magda31 sur Livraddict

Du 11/11/2011 au 20/03/2012